Hydrothérapie
Se soigner par l'eau

La cure KNEIPP est toujours d'actualité. Les livres écrits par Sébastien Kneipp dans un langage simple, clair, réalisent une synthèse des méthodes naturelles : il y a une solution aux problèmes de la médecine, de l'alimentation, de l'art de vivre. Au point de vue médical, on trouve d'excellentes thérapeutiques pour de nombreuses maladies avec des moyens simples et des médications naturelles. La maladie est déclenchée par un désordre dans la circulation sanguine ou par la présence dans le sang d'éléments étrangers et nuisibles ; le but de la thérapeutique par l'eau est de rétablir la circulation sanguine dans certains territoires et d'éliminer les élements qui altèrent le sang.

• Indications et contre-indications de la cure d'eau.

Les applications d'eau froide entraînent une contraction, puis, en réaction, une dilatation des vaisseaux sanguins. En favorisant ainsi la circulation sanguine, l'hydrothérapie a un effet favora­ble dans la quasi-totalité des affections cardio-vasculaires (avec une contre-indication : les maladies du coeur, avec décompensation sérieuse) : hypertension, 'artériosclérose, insuffisance cardiaque, varices, hémorroïdes, etc. En stimulant l'activité du système nerveux, l'hydrothérapie est bienfaisante dans les cas de surmenage, insomnies, hyperexcitabilité, dépression, hyperémotivité (avec une contre-indication : les maladies mentales et trou­bles nerveux graves).

A partir de ces deux actions, les applications généralisées augmentent les échanges respiratoires, la combustion dans les muscles, l'activité endocrinienne et les métabolismes, l'élimination des déchets. Elles favorisent la régulation thermique et stimulent l'immunité. L'hydrothérapie est donc indiquée dans les troubles digestifs, particulièrement les affections chroniques (constipation, ulcère, problèmes hépatobiliaires) et dans les maladies métaboliques et endocriniennes (obésité, diabète, goître, rhumatismes, arthrose, etc.).

Les maladies respiratoires (surtout chroniques) bénéficient largement des applications d'eau,mais celles-ci sont contre-indiquées dans la tuberculose en évolution (bien que Kneipp s'en soit guéri par ce moyen, mais à un moment où la médecine classique était totalement impuissante). Enfin, les cures d'eau sont utilisées dans les affections génito-urinaires et, bien sûr, dans les maladies de peau.

• Les règles de la cure d'eau

1 - Le corps doit être constamment chaud. Avant toute application d'eau froide, il faut faire un exercice rapide d'échauffement. La pièce où est prati­quée l'application doit être chauffée si la température est inférieur à 20°. Il faut s'entraîner en commençant par de l'eau fraîche (16°-18°) et descendre progres­sivement (de 2° en 2°) aux températu­res les plus froides que chacun peut supporter, sans jamais forcer. Atten­tion, en cas de fièvre, il ne faut pas chercher à faire descendre la tempéra­ture, sauf si celle-ci excède 39°5, auquel cas on prend un bain chaud (39°-40°) qu'on refroidit progressive­ment jusqu'à 37°-38° afin de faire baisser légèrement la température (à 38° environ).

2 - Les applications d'eau froide doi­vent toujours être courtes. Plus l'eau est froide, plus l'application doit être brève, afin d'entraîner une réaction vive. S'il n'y a pas de réaction rapide,c'est que l'eau est trop froide ou que la technique utilisée est contre-indiquée.

3 - Après l'application, il faut se réchauffer rapidement, pour bénéficier pleinement de la réaction. Aussi surprenant qu'il paraisse au premier abord, il ne faut, en principe, pas s'essuyer pour se sécher (sauf les mains et le visage qui restent à l'air). En effet, comme Kneipp l'avait remarqué, l'essuyage provoque un assèchement mal réparti et un réchauffement externe pouvant empêcher le réchauffement interne. Aussi Kneipp préconise-t-il d'éliminer le maximum d'eau en frottant avec les mains, puis de faire un exercice ou de se mettre au lit ou de s'envelopper dans une couverture de laine (à la rigueur un peignoir de coton). Les textiles synthétiques sont à pros­crire car ils n'entraînent pas un réchauf­fement correct : ils sèchent mal et ne gardent pas la chaleur.

4 - Les applications d'eau chaude doivent aussi être utilisées à bon escient. Elles sont surtout utiles pour les personnes de constitution fragile ou en début de cure. L'eau chaude a des effets relaxants et tonifiants comme l'eau froide, mais elle est moins stimu­lante. Il ne faut pas en abuser, car elle entraîne un réchauffement de l'exté­rieur qui peut créer une accoutumance, obligeant à élever la température pour obtenir une réaction artificielle qui affaiblit les mécanismes naturels.

L'eau très chaude est réservée à des traitements spécifiques qui nécessitent une surveillance médicale.

5 - Les applications se font au moins une heure avant et deux à trois heures après les repas.

• La marche nu-pieds dans l'eau

La marche nu-pieds dans la rosée ou la neige est la plus célèbre des techniques de la cure Kneipp. Il y a toute une mythologie sur ses effets magnétiques : ceux-ci existant dans une certaine mesure. Mais pour Kneipp, il s'agissait, avant tout, de réactiver la circulation sanguine dans une des parties du corps les plus lentes à se réchauffer. Il y voyait aussi un excellent moyen d'endurcissement, ayant en même temps une action relaxante et décongestionnante. Tout le monde connaît les effets relaxants voire eu­phorisants de la marche pieds-nus dans l'eau de mer, en bord de plage. On peut aussi pratiquer cette marche dans une baignoire remplie de quelques centimètres d'eau froide.

• L'insomnie et le stress

Il va de soi, qu'avant tout traitement, il faut rechercher la cause des troubles du sommeil (causes organiques ou psychiques). Si l'insomnie n'a pas de cause reconnue, ou si elle est liée à une certaine tension nerveuse (stress) comme il est fréquent d'en trouver aujourd'hui, alors la cure d'eau joue un rôle primordial dans le traitement.

Le soir avant de vous coucher, utilisez un grand baquet dans lequel vous vous asseyez en laissant les jambes à l'extérieur, l'eau arrivant au nombril. La température de l'eau doit se situer aux alentours de 15°. Restez dans cette position pendant 15 à 30 secondes. Drapez-vous d'une serviette et couchez-vous. Cette pratique, réali­sée tous les jours, donne d'excellents résultats en peu de temps.

• La prévention des varices

Il ne faut pas attendre d'être porteur de varices et de souffrir de troubles gênants pour se soigner. Pour éviter les varices, il faudra lutter contre la station debout, contre la chaleur sous toutes ses formes, contre l'insuffisance d'exer­cices physiques.

Il faut adapter une bonne hygiène alimentaire, vestimentaire, du travail et des vacances.

La pratique de l'hydrothérapie sera réalisée en tenant compte que l'eau chaude, accentuant la dilatation vei­neuse, est contre-indiquée alors que l'eau froide, ayant une action constric­tive, est recommandée (douches et bains alternés tièdes et froids des membres inférieurs, pataugeage dans l'eau froide, marche nu-pieds sur l'herbe mouillée). La fidélité à des règles d'hygiène constitue un excellent traitement préventif pour tous ceux que les conditions de vie prédisposent aux troubles variqueux.

Dans le cas de troubles circulatoires présents, vous devez demander un avis à un hydrothérapeute qui vous donnera des conseils précis adaptés à votre problème personnel (vous éviterez déjà de graves erreurs).

Danièl CADIOT
Kinésithérapeute-Ostéopathe-Hydrothérapeute
Pour le commander cliquez ici